Déambulations nocturnes

 

Magali Kassel

L’île au féminin

 

De cette Amazone libre je rêve
À son sein unique, belle guerrière
Ma nymphe à la balafre, fière
Chevauche vers des contrées vierges

La fille à la cicatrice se prélasse
Des bijoux de jade épousant ses courbes
Ondulantes et voluptueuses, reine-rapace
Sauvage, un diadème dans ses cheveux pourpres

Elle est un opéra féminin
Ma muse, dans la lagune, prend un bain
De pluie de pétales de soleil
Au parfum subtil de lune de miel

Oserais-je m’offrir aux délices
Boire le nectar dans son calice
Me réjouir au fond du précipice
Sentir s’enflammer le feu d’artifice

Dans la moiteur des soirées de Lesbos
Nos silhouettes dessinent des arabesques
L’arc pointé vers le dieu Hélios
Illuminant nos scandaleuses caresses

Nous sommes de farouches Vénus
Captives l’une de l’autre dans l’atoll
De corail et dans nos parures
Nous dansons sur le carrousel fol

Au rythme du violon et de ses vibrations
Aux secrets lyriques de Sappho
Murmurés dans un doux frisson
À la gloire d’Aphrodite de Milos

Nos corps de marbre byzantin
S’aimeront encore jusqu’au matin
Dans le voile de la nature ambrée
Je me perds sur ton tatouage
Tu goûtes le sel des coquillages
Et nous partons pour un nouvel odyssée